CASTANET LE HAUT


Le nom de la commune vient du latin « castanetum » se traduisant par : châtaigneraie, puis porte le nom      « de Castaneto », en 1271. Les châtaignes étaient expédiées dans toute la France et même au-delà, faisant le bonheur des confiseurs. Le bois du châtaignier était exploité par les tonneliers et les fabricants de cercles de barriques (cercliers). Les taillis de châtaigniers sont utilisés pour fabriquer des tuteurs (piquets de vigne) recherchés par les vignerons des plaines du Languedoc.

Habité au moins depuis l'époque gallo-romaine des traces d’un camp romain situé au Plo des Brus peuvent laisser penser que des familles aient pu vivre sous les pentes de l’Espinouse dès l'époque gallo-romaine. Des tombes de type wisigothiques ont été retrouvées au Nougayrol.

La commune garde de nombreuses traces de l'activité des hommes : anciennes mines d'anthracite, châtaigneraies en terrasses aujourd'hui abandonnées.

 

Castanet-le-Haut faisait partie du diocèse de Castres et de la sénéchaussée de Béziers. À la Révolution, elle était initialement rattachée au Tarn, puis en l'an X, il fut décidé son appartenance à l'Hérault avec toute la vallée de la Mare. Le territoire actuel de Castanet-le-Haut est formé de celui de la commune initiale de Castanet-le-Haut et d'une partie de la commune disparue de Saint-Gervais-Terre-Foraine. Le changement est intervenu en 1827.

Avant 2014, la commune faisait partie du canton de Saint-Gervais-sur-Mare, canton aujourd'hui disparu.